Billets de mnovel

Granddebat.fr : l'association a partagé des idees sur l'environnement et la citoyenneté

Rencontre du 5 Mars 2019 : Propositions partagées de l'association Ecologie et citoyenneté

 

A l'initiative de Gérard

Démocratie et citoyenneté

1 Laisser la loi 1905 intacte pour ne pas mélanger la science et la foi à une époque où la rotondité de la terre ou l'évolution des espèces sont contestées

2 Notre population devient insupportable pour la planète, nous avons colonisé presque tous les espaces, ce qui détruit la biodiversité pourtant si nécessaire. En conséquence, pour réguler notre population, modifier les règles des allocations familiales (sans effet rétroactif) en octroyant une allocation dès le premier enfant mais avec une allocation dégressive dès le troisième enfant. Ne rien donner au premier enfant est trés injuste. Faire des allocations le revenu principal des familles trés nombreuses est contre productif.

3 Interdire l'usage dans quelques communes de France des "urnes électroniques " dont les résultats ne sont pas contrôlables et dont l'usage est complexe (obligation d'intervention de techniciens )

4 Plus de sévérité et de fermeté vis à vis des personnes qui se croient au dessus des forces de l'ordre,de la justice, et des média (proposition qui fait suite aux émeutes du quartier Mistral avec incendies, barrage de rue, feux d'artifice, projection d'objets lourds). La répression est nécessaire mais pour agir sur le long terme, il faut aussi travailler sur le volet éducatif (cours d'instruction civique tout au long de la scolarité).

5 Légalisation de la drogue douce pour désamorcer à la source une grande partie de la violence actuelle.

Transition écologique

1 Pour réduire notre propension à jeter et réhabiliter la réparation, instaurer un taux zéro de TVA pour les pièces de rechange et réduire les charges salariales de cette main d'oeuvre. On pourra de cette façon favoriser le réemploi en réduisant notre consommation néfaste à notre planète.

2 Pas de développement de constructions d'infrastructures routières nouvelles, l'avenir n'étant plus dans la multiplication des voitures. Utiliser ce budget pour les solutions alternatives à la voiture.

3 Pour prendre en compte la véritabe incidence de l'environnement sur la santé, octroyer un budget plus important à l'épidémiologie, parent pauvre de la santé, en musclant par exemple le nombre des registres du cancer afin de pouvoir lutter contre la source de nos maladies. Prendre s'il le faut sur le budget de la détection précosse des maladies. On améliorerait pour le long terme nos frais de santé.

4 Arrêter la construction de super grandes surfaces et revenir au commerce de proximité. les grandes surfaces attirent les voitures en les rendant indispensables et en augmentant encore les distances à parcourir.

5 Arrêter complètement le projet ITER qui n'en finit pas d'annoncer des résultats microscopiques à l'horizon de plusieurs dizaines d'années (horizon qui s'éloigne toujours). Pourquoi ne pas transférer ces fonds pour trouver et mettre en oeuvre des solutions au démantellement des centrales nucléaires ?

6 Aller résolument vers l'agriculture bio et locale qui est la seule façon reconnue par la FAO d'avoir une agriculture durable sur la planète, c'est à dire qui pourra nous nourrir.

7 Interdire la pêche électrique et la pêche au DCP (Dispositif Concentateur de Poissons) qui dégrade la reproduction dans les océans en pêchant des espèces juvéniles . On ne pêche plus, on cueille le poisson, le dispositif lui même n'est pas récupéré et dérive sur les plages...Stopper les subventions de l'Europe pour ces types de pêche.

8 Retrouver progressivement notre autonomie alimentaire comme nous l'avions il y a 50 ans. Il faudra bien expliquer pourquoi un yaourth doit parcourir 9 000 km pour arriver dans notre assiette!

9 Revenir aux consignes en verre aussi simplement qu'elles existaient il y a 50 ans.
10 Favoriser les boissons sous forme d'extrait comme l'antésite pour éviter les transports lourds

A l'initiative de Gine:

Transition écologique

Changement climatique et urbanisme :

Le changement climatique est un problème crucial, c'est le défi le plus urgent de l'humanité de par ses conséquences extrêmes.

Comment les habitants des villes pourront-ils survivre à des températures de plus 5 ° (estimation probable pour 2040/50). Les problèmes de l'eau (approvisionnement) peuvent devenir catastrophiques...

Qu'en est-il de cette prise de conscience essentielle pour l'avenir des jeunes générations... ?

Idées et pistes à développer :

  • _  Revoir les règlements d'urbanisme et reconsidérer le développement (toujours plus) des villes au profit du repeuplement des villes moyennes et des bourgs du milieu rural délaissé.

  • _  Densifier et verdir à maxima les villes avec de grands arbres en conservant 5 % à minima de pleine terre à proximité directe des constructions.

  • _  Créer des espaces publics de rétention d'eau.

  • _  Rendre les parkings poreux pour l' infiltration d'eau de pluie.

  • _  Remettre l'eau en surface ( fosse, ruisseaux,canaux).

  • _  Modifier les formes urbaines disposer les bâtiments pour freiner et circulez l'air entre eux

  • _  Généraliser les constructions à énergie positive (exit la clim!

  • _  Installer brumisateurs et jets d'eau

    A l'initiative de Noelle :

    1- Maîtrise de la démographie. Sujet à la source de tous les problèmes environnementaux (et autres) que nous connaissons. Propositions culture et valeurs sociétales à promouvoir et partager. Reconsidération des allocations familiales (versement pour le 1er enfant et le 2ème de façon dégressive).

    2- Pollution de l'air. Mise en oeuvre d'actions concrètes dans les sites urbains : dé-densification, mesures de contrôle / véhicules et verbalisation, interdiction et verbalisation / chauffage au bois non conformes, verbalisation des véhicules à l'arrêt avec moteur en marche (po chauffage ou clim), maîtrise des transits quotidiens en zones urbaine.s

    A l'initiative de Yves:

    Transition écologique :

    Permettre à tous les citoyens de se déplacer en polluant moins : investir massivement dans les transports en commun du quotidien, maintenir les « petites lignes » et les trains de nuit, encourager les déplacements en vélo en créant davantage de pistes cyclables et en rendant obligatoire l’indemnisation des déplacements domicile-travail en vélo; encourager la mobilité partagée en généralisant les plans de mobilité des entreprises pour aider les salariés à mutualiser leurs déplacements.

    Diminuer au maximum les déplacements subis, ceux que les personnes ne font pas par choix mais par obligation. Cela veut dire redynamiser les centres villes, privilégier la rénovation plutôt que l’étalement urbain, arrêter de créer des centres commerciaux en périphérie et encourager plutôt le commerce de proximité.

Une fiscalité carbone plus juste : la taxe carbone est indispensable pour inciter progressivement à moins polluer. Elle doit être rétablie, mais de manière plus juste. Aujourd'hui certains secteurs pourtant très polluants sont exemptés. Les ménages sont 3 à 6 fois plus taxés sur le carbone que les grands pollueurs. Il faut donc appliquer avec équité le principe pollueur-payeur, en supprimant les cadeaux fiscaux accordés aux modes de transports les plus pollueurs, notamment le transport de marchandise par la route et le secteur aérien et le transport maritime.

Démocratie et citoyenneté

Faire davantage participer les citoyens à la prise de décision, en particulier concernant les projets locaux qui affectent directement leur environnement : leur permettre de se prononcer sur l’opportunité d’un projet, permettre des contre-expertises indépendantes pour les gros projets, ne pas faire d’internet le seul moyen de communication, renforcer les enquêtes publiques, organiser des débats publics de manière indépendante, respecter l’expression des habitants et y répondre...

A l'initiative de Hélène:

1 Les automobilistes doivent arrêter leur moteur à l'arrêt (trés trés fréquent). faire campagnes publicitaires à la télévision et autres media pour faire comprendre.

2 Faire respecter la vitesse des automobilistes limitée à 30 à l'heure en ville et avec une conduite en douceur.

3 Interdire les sacs plastiques non réutilisables dans les commerces ce qui incitera fortement les consommateurs à venir avec leur emballages réutilisables ( boites, sacs, etc.)

A l'initiative de Marie Odile:

D'ABORD PRENDRE VRAIMENT CONSCIENCE DE LA SITUATION DANS SA COMPLEXITÉ : outre le bouleversement climatique, ll y a la déplétion de l'ozone stratosphérique, l'acidification des océans, la perturbation du cycle Phosphore/Azote, la diminution de la biodiversité, les pollutions chimiques, les déchets nucleaires abandonnés aux generations futures, la démographie croissante trop élevée pour la planète, les consommations croissantes d'eau et de terres qui donc se rarefient... UN COCKTAIL CROISSANT DE FACON EXPONENTIELLE, IMPREVISIBLE ET INOUIE. ENSUITE, EDUQUER; METTRE EN RESEAUX et en lumière toutes les MICRO ENTREPRISES DE RESILIENCE QUI EXISTENT DEJA aujourd'hui . ENFIN, INVESTIR MASSIVEMENT POUR L'AVENIR. CECI N'EST PAS DE LA MAUVAISE DETTE, C'EST DU BON INVESTISSEMENT. Et sans (bon) investissement d'avenir il n'y a tout simplement pas d'avenir. [En raisonnant comme aujourd'hui, la reconstruction de l'après guerre n'aurait pas pu avoir lieu !]. L'investissement pour l'avenir ne doit pas être comptabilisé en deficit.

[Sur ce sujet voir une excellente video des Sabine Barles Université Paris 1 : https://www.youtube.com/watch?v=7vkd2KZT21k]-

LES ACTIONS POSSIBLES :

-FAIRE PAYER LES VERITABLES COUTS des pollutions de manière équitable; et parallèlement, AUGMENTER LE CHÈQUE ENERGIE ET "chèque vert " (à créer pour la transition écologique) , faire contribuer équitablement grandes entreprise, GAFA, aéronautique ( vols internes pour commencer), compensation carbone efficace obligatoire, etc....,

-Mettre en place une transition agricole en France , et en Europe (cadre de la future PAC) qui ne subventionne plus l' agrochimie, et aide à l'inverse le passage à l'agriculture bio, ainsi que les petites exploitation diversifiées soucieuses de la qualité alimentaire notamment l'agriculture de montagne, qui joue une rôle social et environnemental et sont aujourd'hui penalisées.

- ACCROITRE la sequestration carbone et les énergies renouvelables et REDUIRE LES EMISSIONS DE GES (gaz à effet de serre) et particules fines .

Dans les secteurs des transports et de circulation de l'information :

-faire payer une vignette "carbone" aux poids lourds qui transitent en France, mettre en place Systèmes co- voiturage et transports en commun et modes doux (velo, marche), et inciter à la creation de voies

reservées aux bus et aux co-voirage, amelioration des lignes de TER dans les secteurs sensibles ( notamment les Alpes), donner enfin les moyens de coordonner et articuler les politiques de transport public à une autorité organisatrice maitre du jeu [ les régions en principe.]

Urbanisme: -

rapprocher les services des lieux de vie et habitation pour favoriser les déplacements à pied en limitant également l’autorisation gratuite de stationner , exemples : écoles, multi-accueil petite enfance....Dans les territoires ruraux, mettre en place un multi-accueil services publics ambulant.

- Prevoir des procedures simplifiées pour lutter contre les ilots de chaleurs ( vegetation, draps, "casquettes" en haut des facades des immeubles exposée plein Sud /Ouest)

- Dans les plan d’urbnaismes PLU(i) augmenter le coefficient de pleine terre , de végétation et de circulation de l’air ( formes urbaines)

-REDUIRE L’EMPREINTE CARBONE CROISSANTE des DATA par une politique publique inexistante aujourd’hui

Concernant le bâtiment et tertiaire :

-renforcer les aides à la suppression des modes de chauffage polluants et FAIRE CONSTATER LES INFRACTIONS (brulage du bois à l'air libre, en cheminées, en poeles non homologués etc).

Sur le plan agricole et de la nature :

-avoir des objectifs d’auto suffisance alimentaire, de lutte contre l’épuisement des sols, de renaturation des villes (savante car il faut varier les especes adaptées au rechauffement), renforcement des forets...

-en milieu urbain: mettre en place dans les PLU(i) des schemas de jardins partagés ou familiaux

Avoir des objectifs de reduction de la demande, et de réduction du gaspillage ( recycler, reparer, eviter les emballages) , accelerer la mise ne place des biodechets et la production performante de bio gaz destiné à remplacer le gaz...

A l'initiative de Monique:

Transition écologique

A Diminuer les émissions de GES dues aux transports

Le secteur transports représente une part croissante de consommation d’énergie en France (32% en 2012 contre 17% de consommation en 1970 ) . Ce secteur absorbe 70 % de la consommation de produits pétroliers et est responsable de 36% du CO2.

1ere proposition : Taxer le kérosène utilisé pour les lignes intérieures

UN trajet avion d’une ligne intérieure pollue 40 fois plus que le même trajet en TGV. Il faut donc privilégier les déplacements en train. Le coût du billet avion est anormalement bas.

D’après l’ADEME, les aéroports intérieurs respecteraient les objectifs de réduction de GES rapportés aux nombres de passagers ou marchandises transportés ( si ça augmente, on peut polluer plus !) C’est pourquoi IL FAUT une réduction absolue des émissions de GES

Donc il faut taxer le kérosène utilisé pour les lignes intérieures pour que le prix du billet avion soit supérieur à celui du même trajet en train. Il faudrait que cette mesure soit étendue aux lignes intérieures européennes

2eme proposition : Privilégier les circuits courts pour les marchandises transportées par avion ou par bateau. Le fioul lourd utilisé par les navires n’est pas taxé et est très polluant

La distance moyenne parcourue par un produit alimentaire dépasse la plupart du temps 2000 km. En France, un circuit de proximité est fixé à 150 km. Arrêtons la consommation des fruits et légumes hors saison ou cultivable en France.

Donc, il faut aussi taxer le fioul lourd sinon taxer les produits cultivables en France

B L’Etat doit investir ou emprunter pour faire des économies d’énergies
pour diminuer les déperditions d’énergies des logements et éviter la généralisation de la climatisation

A l'initiative de Anne Line:

Transition écologique

1 : Que les arguments des lobbies intervenant auprès des élus locaux ou nationaux soient obligatoirement présentés dans le cadre de débats ouverts et contradictoires entre toutes les parties concernées, et documentés par des personnalités compétentes et indépendantes. Ex : dans les domaines de la santé, de l’agriculture, de l’énergie, et autre sujets environnementaux : la chasse, les zones naturelles à protéger, l’urbanisme etc...

2 : Que les lois existantes soient mieux appliquées au lieu de rajouter des lois à chaque nouvelle situation à problème. Concernant par exemple : la gestion des déchets, l’émission de gaz toxiques, la sécurité alimentaire. Ainsi que (sur le plan citoyenneté) le respect du code de la route ou des propos racistes, et autres anti-arabes, etc...

3 : Que soient rétablies les taxes carbone concernant les transports aériens, les autoroutes, les poids lourds. Intérêt : pour favoriser les transports de fret par des moyens moins polluants : le rail, les voies navigables...

4 : Que les taxes sur les carburants soient effectivement utilisées pour la transition énergétique.

5 : Que par des débats participatifs les habitants soient incités à choisir les modes de transports non individuels qui conviennent le mieux à leur lieu de résidence.

Démocratie et citoyenneté :

1 : Que des cours d’économie soient assurés dès la classe de 3è des collèges, dans les cours d’histoire, ou d’éducation civique, afin que les futurs citoyens aient quelques notions correctes des contraintes concernant le budget de l’Etat (équilibre entre dépenses et charges).

Que ces cours comportent aussi une formation à la citoyenneté et au vivre ensemble

2 : Que les citoyens puissent participer davantage aux décisions dans la vie locale : présentation des enjeux par des personnes compétentes, débats participatifs aux projets, avec éventuellement une enquête publique locale, (voire un Référendum local, actuellement illégal) puis un vote du Conseil municipal en fonction des orientations induites par l’enquête et/ou ce référendum local (= communautés de communes).

Je ne suis pas favorable aux votes proportionnels qui favorisent les « apparatchiks » têtes de listes. Mais d’accord pour des représentants tirés au sort avec formation sur les sujets en jeux.

3 : moins de centralisation : Que des lois-cadres donnent des directives générales en laissant aux corps intermédiaires la responsabilité de leurs applications selon les conditions locales ou professionnelles (élus locaux, syndicats, associations...).

4 : Que des services publics de proximité soient organisés pour pallier aux déserts ruraux, selon des modalités variées. Ex : locaux multiservices, services intercommunaux ambulants, centres de santés, aide informatique etc...

5 : Que par la démocratie participative les habitants de zones périurbaines puissent organiser des modes de transport variés et complémentaires, et réduire les transports individuels.

Point de désaccord
Deux points de vue se sont opposés au sujet des aides sociales à la transition écologique. 1er point de vue : La transition écologique doit s’accompagner d’aides sociales spécifiques

2ème point de vue : La multiplicité des aides sociales génère déséquilibres, iniquité et incohérences. Avec la transition écologique, pour ne pas générer davantage d’opacité, il est proposé une approche globalisante des aides en termes de qualité de vie.

La transition écologique impactera de plus en plus nos vies. Les aides à la transition écologique devront favoriser l’évolution vers des choix plus vertueux et non pas figer des situations délétères en palliant – comme on l’a entendu - des coûts et taxes énergétiques croissants. A ce titre, le chèque carburant ou l’aide au chauffage ne sont pas des vecteurs de la transition écologique.

La transition écologique concerne tout un chacun et s’applique à des choix de vie multiples. Il importe de responsabiliser et de favoriser une adaptabilité des comportements.

13/4/2018: L'assemblée générale d'Ecologie et Citoyenneté

Un compte rendu presse:

Ec et cit ag 1

Conférence du 7/3/18 : Etat de l'environnement dans l'agglomération grenobloise

Une bonne conférence, avec des intervenants maitrisant bien ces questions, et prenant appui sur un livre  récemment publié sur ce sujet, présenté notamment par l'un des auteur : Jacques Wiart.

Il est possible de se  procurer le livre paru aux éditions Campus ouvert .

Avec Jacques Wiart, environnementaliste, Roger Marciau, naturaliste, adminitrateur de Gentiana, et Hélène Foglar (Frapna) experte en pollution lunimeuse .

Quelques extraits :

 

Etat envir2

Etatenvir

 

Etaenvir3 1

Lire la suite

Compteurs Linky : " une bonne affaire pour Enedis "

C’est l’avis de la Cour des Comptes, et du journal les Echos.
Ecologie et Citoyenneté avait organisé l’an dernier un debat sur le linky (http://ecologiecitoyennete.e-monsite.com/)
Cette decision prise par le gouvernement français qui a adapté à sa manière le régement européen (l’ Allemagne avait davantage pris en compte l’interet des consommateurs) nous avait semblé fort peu démocratique, peu efficace sur le plan de la maitrise personnelle des depenses energétiques, … L’ article des Echos de Veronique Lebihan, après l’avis de la cour des comptes, fait le point.

Veronique Le Billon Le 07/02 à 10:49Mis à jour à 13:22-
"Dans son rapport annuel, la Cour des comptes critique les conditions de rémunération accordées à la filiale d’EDF pour installer les compteurs communicants.. Le compteur électrique Linky, qui doit être installé dans la quasi-totalité des foyers français d’ici à 2021, s’annonce aujourd’hui comme une meilleure affaire pour le distributeur Enedis (ex-ERDF, filiale d’EDF) que pour la maîtrise de l’énergie, estime la Cour des comptes dans son rapport annuel publié ce mercredi. « Les conditions de rémunération d’Enedis sont généreuses et devraient être revues », estiment les magistrats financiers. Le programme de remplacement de quelque 35 millions de compteurs, qui représente un investissement global de 5,7 milliards d’euros, doit permettre aux consommateurs d’éviter la relève semestrielle, et participer à la transition énergétique en les incitant à réduire, directement ou indirectement, leur consommation d’électricité. Réduire le coût pour le consommateur « Si Enedis respecte en 2019 les coûts, les délais et les niveaux de performance, sa rémunération globale s’élèvera, en prenant en compte l’ensemble des incitations, à 10,3 % de la valeur actualisée nette des actifs », pointe la Cour des comptes. « Et seules des dérives importantes amèneront réellement à pénaliser l’entreprise », observent les magistrats. Le distributeur, qui avance les dépenses avant de se payer sur les économies générées, a par ailleurs obtenu une rémunération lui assurant une marge de 2,8 % pour financer le projet, soit 500 millions d’euros de différé tarifaire sur la période 2014-2031.

La Cour demande en conséquence à la Commission de régulation de l’énergie (CRE), qui a défini les conditions de rémunération d’Enedis, de faire évoluer le dispositif de différé tarifaire « pour en réduire le coût pour le consommateur » et de modifier « la régulation incitative pour réduire la rémunération maximale dont pourrait bénéficier Enedis ».

Le régulateur irrité

Des critiques qui ont visiblement irrité le régulateur. Le président de la CRE juge, dans sa réponse à la Cour, qu’une révision des conditions de rémunération de Linky « créerait un précédent en termes d’insécurité juridique quant à la portée des décisions du régulateur ». Et elle serait non justifiée sur le fond, estime-t-il, jugeant « que la régulation mise en place est équilibrée et à la hauteur des enjeux du projet », la CRE rappelant par ailleurs l’existence d’une clause de rendez-vous.

À lire aussi - Electricité : Linky ouvre la voie à de nouveaux tarifs

Alors que des communes et des associations continuent à manifester leur hostilité à Linky, la Cour des comptes critique aussi un pilotage insuffisant du projet. « Si Linky peut apporter beaucoup aux différents acteurs, les préoccupations du consommateur d’électricité ne semblent toutefois pas être au coeur du dispositif », estiment les magistrats. https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-compteur-linky-l-ufc-que-choisir-entend-court-circuiter-le-faux-compteur-intelligent-n12827/ (…) il faut néanmoins rappeler que juridiquement la généralisation est actée depuis l’arrêté du 4 janvier 2012 et que les mécanismes finaux de financement sont prévus depuis le décret du 31 août 2010. Le débat actuel masque en fait le vrai problème : en l’état, le compteur Linky ne répond pas aux exigences normatives européennes et nationales, et, en conséquence, n’est pas au service des consommateurs pour une meilleure maîtrise de leur consommation énergétique et de leur budget. Face aux exigences claires des Directives « énergie », tout récemment rappelées par la Commission européenne, et des lois nationales, l’arrêté de généralisation, cousu main pour le compteur Linky, souffre, encore et toujours, de 3 carences majeures :  L’absence d’évaluation probante préalable à la généralisation : La décision de généralisation a été prise bien que les objectifs assignés aux expérimentations menées en Touraine et à Lyon n’ont pas été atteints. Le planning des poses n’a pas été tenu et de nombreuses défaillances techniques ont été relevées (les compteurs sautaient un peu trop facilement et la télétransmission des données ne se faisait pas). Mais au-delà de ces difficultés techniques, l’impact sur la maîtrise de la demande énergétique n’a pas été évalué.  L’affichage déporté, le grand oublié :Contrairement aux exigences européennes et aux promesses du Grenelle, les compteurs communicants ne permettent pas aux consommateurs de « mieux connaître leur consommation d’énergie en temps réel et ainsi de la maîtriser ». Pour maîtriser sa consommation d’électricité, il est indispensable de disposer, dans l’espace de vie, d’informations en temps réel sur sa consommation ainsi qu’un bilan de sa consommation, c’est ce que l’on appelle l’affichage déporté.  La privatisation de l’accès aux données essentielles de consommation :En vertu de la loi, les données de comptage relèvent d’une mission de service public incombant à ERDF. Pourtant, l’arrêté a délégué la gestion de ses données aux fournisseurs ne garantissant pas l’accès de tous à ses informations. De même, malgré l’engagement gouvernemental, pris d’une gratuité pour les consommateurs, il faut rappeler que le décret de 2010 prévoit que les consommateurs le paieront via le TURPE (le tarif d’utilisation du réseau public d’électricité). Or, le coût de l’appareil et de son installation est particulièrement élevé (entre 120 euros et 240 euros par compteur, voire selon les récents chiffres d’EDF, de 200 à 300 euros) si l’on compare avec les exemples étrangers (80 euros en Italie, où ce dernier est financé par le fournisseur Enel). Bref, ces compteurs sont bel et bien conçus essentiellement dans l’intérêt exclusif du gestionnaire de réseau et des fournisseurs d’énergie, et bien peu dans celui des consommateurs, en dépit des promesses. En effet, en matière de compteur, ERDF ne manque pas d’énergie pour sa communication, et mène une véritable campagne de désinformation : maîtrise de sa consommation, facturation sur la consommation réelle, etc.

Refusant que la généralisation des compteurs communicants se fasse au détriment des consommateurs, l’UFC-Que Choisir 

A saisi le Conseil d’Etat d’un recours pour excès de pouvoir contre l’arrêté de généralisation du Linky afin de permettre un projet respectueux des intérêts des consommateurs censés être les principaux bénéficiaires des compteurs intelligents ;  Met à disposition des consommateurs une fiche de décryptage sur les dix « on-dit » les plus souvent avancés sur le compteur Linky afin de rétablir la vérité sur les fonctionnalités du compteur.

Retrouvez notre fiche VRAI / FAUX sur les compteurs Linky

 

Dossiers : Le Linky (suite), pollution de l'air, déchets, énergie...

[voir aussi http://ecologiecitoyennete.e-monsite.com/blog/compteurs-linky-une-bonne-affaire-pour-enedis-1.html]

Une étude de Que choisir au sujet du compteur Linky :

1.10.2017- Une étude de Que choisir AMORCÉE EN MAI MAIS COMPLÉTEE D'UN QUESTIONNAIRE DESTINÉ AUX SEULS MENAGES DEJÀ ÉQUIPÉS D'UN COMPTEUR  A SUCITÉ 2000 RÉPONSES EN 48 H:
- 26% ont eu des problèmes, ( 1/4), a contrario 74 % n'ont pas noté de problème-
- 69% le jugent inutile !

Parmi les problèmes les plus fréquents :

- Les lampes qui fonctionnent de façon anarchique , (parfois s'alluent au mileu de la nuit, ou "sont devenues folles"...)

- Des dysfonctionnements d'appareils menagers : volets roulants,  boitiers qui ne fonctionnent, plus...fours qui se mettent en marche, sons parasites à la radio;

Coupure de connexion internet,compteurs de congélateurs qui ont perdu leur contenu , ballons électriques qui ne se declenchent plus en heures creuses etc..

 

QUELQUE SOIT LE PROBLEME, ENEDIS REFUSE LE PLUS SOUVENT DE L'ASSUMER (9/10 FOIS)

Q.Choisir note en particulier :

-que les pbs semblent frequents quand on a un délesteur, disjonctions à tout bout de champ.

-les lampes  tactiles qui s'allument seules :Enedis semble enfin évoluer par raport à son refus initial

-  que les pb des dysfonctionnement de la box internet (sans rapport évident) viendrait de la mise hors tension "sans ménagement" -

- que les pb/ cumulus  seraient dus "au mauvais cablage "ou à un "souci interne au compteur"

- que le téleviseur qui s'allume seul serait du à une  remise sous tension qui se serait mal passée (selon enedis), ou une coupure mal faite

-concernanat les appareils en panne (ex congélateur), dont la raison serait notamment les  cartes électroniques grillées : les ménages essuient un refus  tout netd' ENEDIS

- si votre coffrage ne correspond pas au linky: QCh conseille de ne pas se laisser imposer la pose dans un coffrage inadapté

etc...

 

Nous avions organisé, l'an dernier EN MAI 2016 un débat sur cette questionn , avant  l'arrivée du Linky à Meylan :

certains dysfonctionnements étaient apparus, soulignés par les quelques utilisateurs presents déjà équipés d'un Linky  ( pas à Meylan à cette époque).

Les débats avaient été nourris , chacun ayant sa vision, portant sur différents aspect ( ondes électro -magnetique, questions liberté/ outils de "surveillance" possible, efficacité énergétique, capacité juridique des citoyens à refuser...), dysfonctionnements.  Un poseur de Linky était présent (ENEDIS avait décliné).

Ce qui a fait le plus consensus est l'occasion ratée que constitue le Linky par rapport à l'enjeu énergétique, le suivi des consommations , et l'intéret inexistant pour le consommateur  par rapport à l'intéret des acteurs économiques.

Nous pensions que l'outil était plutot mauvais. cela semble hélas se confirmer aujourd'hui.

 

VOIR QUE CHOISIR N°562 OCTOBRE 2017  ( en vente actuellement):

VOIR AUSSI (2015) https://www.quechoisir.org/actualite-compteur-linky-l-interet-des-consommateurs-a-la-trappe-n10811/


https://www.cyberacteurs.org/quotidien/equotidien.php?id=2343
agenda

 

DEBATS/LINKY en savoir plus :

- Le positionnement d'enercoop sur le compteur Linky

http://www.enercoop.fr/actualites/positionnement-denercoop-sur-le-compteur-linky

-Le positionnement d' ERDF :

lire Le http://www.enedis.fr/linky-bientot-chez-vous

 

l'avis de Que Choisir

https://www.quechoisir.org/actualite-compteurs-linky-dangereux-ou-pas-n8423/

https://www.quechoisir.org/actualite-compteur-linky-peut-on-le-refuser-n10779/

http://www.batiactu.com/edito/compteur-linky-decrie-par-ufc-que-choisir-42989.php

________________________________________________________________________________________________

Le positionnement d'enercoop sur le compteur Linky

En date du 20 mai 2016.

D'ici 2021, 90 % des compteurs électriques français vont être remplacés par des compteurs communicants Linky. Ce projet est piloté par ERDF, le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité sur 95 % du territoire. Ces nouveaux compteurs ont officiellement pour objectifs annoncés d'améliorer la gestion des flux de consommation et de production sur le réseau de distribution, faciliter l'intégration des énergies renouvelables et favoriser les économies d'énergie grâce notamment au pilotage à distance et à la télé-relève.

Le déploiement des réseaux et compteurs communicants est essentiel pour que la transition énergétique vers un système 100 % renouvelable soit techniquement réalisable, notamment pour mieux mesurer voire contrôler la production d'énergie renouvelable et la consommation. Toutefois, le compteur communicant Linky est une occasion manquée pour apporter les services rendus aux consommateurs (l'affichage déporté n'est proposé gratuitement qu'aux clients en situation de précarité énergétique) et aux producteurs (les possibilités de télégestion de l’installation sont limitées).

L'installation de ces compteurs concerne tous les consommateurs, quel que soit leur fournisseur : les clients d'Enercoop sont donc logés à la même enseigne que les autres.

Linky est un compteur communicant et non un compteur intelligent au sens où les services qu'il peut proposer dans la version déployée sont relativement limités par rapport à l'état de l'art en la matière : Linky se limite à transmettre les informations au gestionnaire de réseau et à proposer quelques actions de pilotage à distance. Actuellement, plusieurs interrogations demeurent sur le déploiement de Linky en France.

 

Le bénéfice environnemental et énergétique


Le compteur devrait être bénéfique pour la mesure des injections et soutirages ainsi que la gestion du réseau électrique, la maîtrise des pointes de consommation, voire la baisse de la consommation d'électricité¹, à condition que ERDF et les acteurs de marché (fournisseurs d'énergie, opérateurs d'effacement) en donnent effectivement les moyens aux consommateurs.

Linky permettra à Enercoop de facturer systématiquement sur des consommations réelles, et non plus sur la base d'estimations. Par ailleurs, les consommateurs et les collectivités devraient pouvoir bénéficier des données de production et de consommation, ce qui est une base pour prendre conscience de sa consommation énergétique, en vue de la réduire et également mettre en place des politiques publiques locales cohérentes.

À lui seul, il est peu probable que le compteur Linky puisse réduire la consommation d'énergie même si l'ADEME estime jusqu'à 10 % les économies d'énergie possibles avec une bonne appropriation et utilisation par les ménages². Pour réduire effectivement les consommations d'énergie , il serait préférable de proposer un affichage déporté des consommations associé à un accompagnement des ménages : ainsi, le gain envisagé pourrait atteindre 15 % à 20 % sans investissements majeurs³.


Le coût du compteur


La pose ne sera pas facturée directement aux consommateurs : le coût du chantier, plus de 5 milliards d'euros, amorti sur 20 ans, sera financé par le tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité (TURPE) payé par les usagers du réseau⁴. ERDF annonce que les économies réalisées grâce au Linky vont couvrir ce financement mais de nombreux acteurs craignent que le déploiement de Linky n'engendre une hausse du TURPE...


La propriété et le refus du compteur


Le compteur appartient à la collectivité qui a généralement délégué la compétence de gestion des réseaux de distribution aux autorités organisatrices de la distribution d'énergie ou AODE (souvent des syndicats départementaux d'énergie), cependant, les compteurs font partie du domaine concédé par les AODE à ERDF.

En l'absence de réglementation claire et de jurisprudence sur les décisions de communes et de citoyens de refuser l'installation du compteur Linky, il apparaît risqué de refuser le compteur Linky⁵. Il n'y a pas de sanctions prévues, cependant, un juge pourrait établir des amendes et indemnités spécifiques pour ERDF comme pour les collectivités ou personnes refusant l'installation du Linky.

Sans admettre la possibilité de refuser le compteur, la Commission de régulation de l'énergie envisage toutefois d'établir des "prestations résiduelles de relève à pied" au moins tous les 6 mois pour les personnes refusant le changement de compteur⁶, frais qui avaient été établis, dans un projet local de déploiement de compteurs communicants de gaz à 19 € HT par relève tous les 6 mois.


L'accès et la sécurité des données


Le nouveau compteur communicant pourra enregistrer toutes les 30 minutes la consommation d'électricité et transmettre quotidiennement ces données à ERDF qui les utilisera ou les enverra aux acteurs concernés (collectivités, fournisseurs...).

Même si le volume de données produit et valorisable sera consistant, il ne sera pas suffisant pour connaître et analyser les usages des consommateurs. Le consommateur doit bien donner son accord sur la collecte et l'utilisation des données collectées par Linky, mais il faut par ailleurs que le gestionnaire du réseau donne des gages pour le respect de la vie privée et contre tout risque de piratage ou d'usage mal intentionné des données recueillies⁷.


Les risques sanitaires


Le débat sur les effets sur la santé de Linky, utilisant la technologie du courant porteur en ligne (CPL) est plus récent mais non moins virulent : s'il peut poser problème aux électro-sensibles qui peuvent le refuser⁸, le nouveau compteur n’augmentera a priori que de peu l'intensité des ondes électro-magnétiques du logement déjà submergé d'un brouillard électronique⁹. Bien que pouvant récolter des données de consommation que toutes les 30 minutes, le compteur n’émettra et ne transmettra ces données par CPL qu'une fois par jour pendant moins d'une minute. Un rapport de l'ANSES très attendu devrait clarifier cette question des ondes courant 2016.


Les risques d'incendies


Au Canada et dans d'autres pays où des compteurs communicants ont été installés, ce matériel aurait causé des incendies. Toutefois, les technologies étant différentes, il est difficile de rapporter cela au déploiement du Linky en France. Lors de la phase d'expérimentation de Linky sur l'agglomération lyonnaise et en Indre-et-Loire, sur environ 300 000 compteurs installés, il y a eu 8 cas d'incendies, causés non pas directement par le compteur Linky mais à un mauvais serrage mécanique des câbles d'arrivée électrique. Depuis, la nouvelle version du compteur déployé ainsi qu'un meilleur suivi de l'installation devrait limiter ce risque.¹⁰

En conclusion, en l'état actuel des connaissances et retours d'expériences, Enercoop comprend les craintes et respecte les choix de nombreux consommateurs et communes de refuser le compteur. Il en revient aux collectivités concédantes et au gestionnaire de réseau de distribution de faire preuve de pédagogie et de concertation sur le déploiement de Linky.

Pour le réseau de coopératives Enercoop, le compteur Linky est une occasion manquée pour accélérer la transition énergétique, notamment sur son volet de maîtrise de la demande en énergie. Au regard de la richesse des points de vues des coopératives et de leurs sociétaires, et Linky n'ayant pas encore eu l'occasion de faire ses preuves, Enercoop poursuit sa veille sur le déploiement de Linky, notamment sur les avantages annoncés et les risques dénoncés.

Compte tenu de son attachement aux valeurs coopératives, le réseau invite les sociétaires et les clients Enercoop à contribuer, au travers d'arguments factuels et sourcés, au débat et à l'évolution du positionnement du réseau Enercoop.


Ce texte reflète la position d'Enercoop en date du 20 mai 2016. Il peut évoluer en fonction des retours d'expériences sur le déploiement du compteur communicant Linky et des débats entre les coopératives et leurs membres.


Dans l'attente de la création d'un espace collaboratif adéquat, pour débattre, commenter ou proposer d'amender la note, vous pouvez vous inscrire à la liste de discussion debat-linky@listes.enercoop.org. Pour cela, envoyez un courriel à sympa@listes.enercoop.org en écrivant dans l'objet du courriel « SUB debat-linky ».

¹Avis de l'ADEME sur le compteur Linky, juillet 2015

² Ibid, ADEME, juillet 2015

³ Étude d'Enercoop basée sur les retours d’expériences suite à la formation et à l'usage de l'outil d'autodiagnostic Docteur Watt

Ce qu'il faut savoir sur le compteur Linky – site internet de la Commission de régulation de l'énergie

Note d’analyse juridique relative au déploiement des compteurs communicants Linky sous l’anglede l’étendue des droits, obligations et responsabilités impartis aux AODE, Ravetto Associés, pour la FNCCR, février 2016

Délibération portant décision sur la tarification des prestations annexes réalisées à titre exclusif par les gestionnaires de réseaux de distribution d’électricité, Commission de régulation de l'énergie, 3 mars 2016

Position sur le stockage des données par Linky, CNIL, 30 novembre 2015

Linky : ERDF s’engage pour des mesures indépendantes, CRIIREM, 17 mars 2016

Compteurs Linky, Dangereux ou pas ? UFC Que Choisir, 13 janvier 2016

¹⁰ Ibid, UFC Que Choisir, 13 janvier 2016

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

http://www.batiactu.com/edito/compteur-linky-decrie-par-ufc-que-choisir-42989.php

  •  
    LINKY :
 
Un UN chargé de mission énergie-environnement de l'UFC-Que Choisir émet des doutes sur l'intérêt économique présenté par le nouveau compteur électrique intelligent Linky, en cours de déploiement par ERDF, pour les consommateurs. Pourquoi ? Eléments de réponse.
Le déploiement du compteur connecté Linky a débuté ce 1er décembre. La machine communicante est sensée permettre aux consommateurs de mieux connaître leur consommation et donc, in fine de réduire leur facture. D'autant que les factures seront dorénavant établies sur la réalité des quantités consommées plutôt que sur une estimation nécessitant des ajustements ultérieurs. Le gestionnaire du réseau, ERDF, qui gère les compteurs, estime pour sa part que des économies seront réalisées grâce au relevé à distance (1,7 Mrds €) et surtout grâce à une réduction des possibilités de fraude (1,9 Mrds €). La détection des pannes sera également plus rapide, entraînant une amélioration de la qualité du service.

 

Interrogé par le quotidien 20 minutes, Nicolas Mouchnino, chargé de mission à l'UFC-Que Choisir, émet des réserves sur l'intérêt du boîtier électrique pour les clients. Il explique : "Ils pourront suivre leur consommation journalière uniquement sur Internet, et celle-ci sera présentée en kilowattheures. Ce qui est loin d'être parlant pour les consommateurs, qui auraient préféré qu'on leur fournisse des données en euros". Le spécialiste poursuit : "Ils ne bénéficieront pas d'informations sur leur consommation en temps réel et sur ce que consomme chaque équipement de la maison, ce qui aurait pu leur permettre de baisser le chauffage ou d'éteindre des machines, le cas échéant". L'information transmise par Linky serait donc incomplète et peu pertinente.
LINKY

 

UUn budget sous-estimé par ERDF ?

 

Outre cet aspect, le chargé de mission à l'UFC-Que Choisir, estime que le coût d'équipement des 35 millions d'automates à remplacer a - peut-être - été sous-estimé par ERDF, qui prévoit que les 5 milliards d'euros seront financés grâce aux économies réalisées en télémesure et à la diminution des fraudes. Dans les colonnes de 20 minutes, il précise : "Nous serons vigilants sur ce point, car si c'est le cas, il est fort à craindre que le surcoût soit répercuté sur la facture des consommateurs".

 

D'autres associations s'étaient inquiétées des effets sanitaires potentiels du compteur communicant, notamment pour les électrosensibles. ERDF avait répondu qu'il "ne présente aucune menace pour la santé (…) respecte toutes les normes sanitaires françaises et européennes, très restrictives". De plus, Linky "n'émet aucune onde radio (…) et utilise une technologie connue depuis les années 1950, appelée CPL, qui permet d'envoyer des informations dans les câbles du réseau électrique classique et existant". La fréquence de ces envois de paquets de données ne serait que de quelques secondes par jour, et non en continu, comme le craignent les personnes sensibles.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

9 Septembre: Ecologie et Citoyenneté au Forum des associations

E et c forum                                              20170909 121126

Au forum des associations, les meylanais viennent avant tout pour s'inscrire à des activités. Mais le stand d'Ecologie et Citoyennté qui est une association d'engagement a neanmoins suscité de l'intérêt en raison des questions environnementales et sociales abordéees cette année  et dont rendaient compte quqlues extraits de presse : Linky, reduction des dechets, Pollution de l'air, économies d'energie...

SITES D'INFORMATION PARTENAIRES

http://www.sera.asso.fr/

http://www.sera.asso.fr/index.php/une-etude-clermontoise-met-en-evidence-notre-manque-dactivite-sportive/

 

Zéro Waste Grenoble :

http://zerowastegrenoble.wixsite.com/accueil

http://zerowastegrenoble.wixsite.com/accueil/d2r2/

 

 

 

Lire la suite

8 fevrier18-20H. Salle Audio Ayguinards Meylan, SOIREE DEBAT SUR LA POLLUTION DE L'AIR

Meylan ( 38240) 8 février soirée débat sur la pollution de l’air et conséquences sanitaires

 

 

 

 

 

Quelques articles récents :

 

 

http://www.sera.asso.fr/index.php/etude-canadienne-sur-les-polluants-atmospheriques-et-les-consequences-sanitaires/

 

Mais aussi (en Hiver notamment)

Dans la vallée de Chamonix, le chauffage au bois est le principal coupable de la pollution

Selon une étude scientifique, le trafic routier – et en particulier les poids lourds – est un contributeur mineur de la pollution dont se plaignent les habitants de Haute-Savoie.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/pollution/article/2016/12/08/dans-la-vallee-de-chamonix-le-chauffage-au-bois-est-le-principal-coupable-de-la-pollution_5045636_1652666.html#cTT1p7khb3jpwzRg.99

18.12.2016.POLLUTION DE L'AIR, QUE FAIRE ?

Pollair ra[ Carte de Pollution de la Région Rhône Alpes le 18.12.16. Source: Air Rhone Alpes]

 

Le trafic automobile est un contributeur à la pollution de l'air,* notamment en été. En hiver, il faut savoir que 70% des emissions de particules  sont dues au chauffage individuel au bois. Il faudrait donc supprimer ce type de chauffage, et s'équiper en fours à bois performants. Des aides de  la Métro existent pour cela. 

 Si vous possédez une voiture, vous aurez besoin d'un Certificat de Qualité de l'Air pour pouvoir circuler dans la Métropole en cas de pic de pollution. En vigueur depuis le 1er Novembre, ce dispositif peut faire l'objet de verbalisation à partir du 1er Janvier 2017.

Ces certificats peuvent être commandés en ligne sur :
https://www.certificat-air.gouv.fr/ 

Les habitants de Grenoble-Alpes Métropole peuvent, sur présentation de la facture et de la carte d'identité correspondant au nom de la facture, obtenir 3 tickets "1 trajet" valables sur le réseau Tag (offre valable jusqu'au 30 décembre 2016, aux horaires d'ouverture des agences de mobilité : Station Mobile, Grand Place et Alsace Lorraine.

Les actualités concernant les niveaux de pollution et les mesures prises sont disponibles sur le site de Métromobilité :
http://www.metromobilite.fr
qui diffuse aussi une newsletter à laquelle vous pouvez vous abonner.

 

* En savoir plus

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pollution_de_l'air

 

 

23/11:Semaine européenne de prévention des déchets

Nous étions à Carrefour Meylan (zeroWaste, zerodechets, Ecologie et Citoyenneté) pour sensibiliser les acheteurs à la réduction des déchets et notamment des emballages, dans le cadre de la semaine européenne de réduction des déchets. Comment mieux acheter, mieux trier, moins jeter...

 

 

C20161123 111916

B20161123 103826D20161123 112602

ATELIER 8/11/2016 : REDUIRE NOS DECHETS, C'EST POSSIBLE!

Réunion productive mercredi soir .L'Atelier "réduire nos déchets, c'est possible" organisé par Ecologie et Citoyenneté et Zero Waste Grenoble a permis d'échanger et de faire des propositions concrètes:

- d'abord, échanger des "tuyaux" pour agir individuellement.

Murielle Argaud de Zero Waste a proposé ses solutions ( préparer son repas de midi au travail dans des boites hermétiques, utiliser des couches et des mouchoirs lavables ...) et d'autres  ont exposé les leurs.

Un responsable  de centre de loisir  de laCommune a expliqué comment il habituait les enfants à éviter les déchets ( pas de gasillage alimentaire, récupération, compost, serviettes - tissu lavée ensemble au savon...)

- Ensuite l'enjeu était  de mobiliser, et d'enrichir les propositions citoyennes pour le Schéma directeur des déchets pour lequel la Métropole consulte les citoyens.

[Voir l'extrait de diapositives plus loin].

Un certain nombre d'entre nous a participé aux groupes de travail dits "experts" de la métropole sur cette question mais nous avons rencontré un certain nombre de citoyens motivés et "experts" eux aussi.

 

APRÈS UNE PRESENTATION DES ENJEUX POUR L'AGGLOMÉRATION ( VOIR EXTRAIT CI JOINT),

LE GROUPE DE TRAVAIL A RETENU LES PROPOSITIONS SUIVANTES , QUE LA PRÉSIDENTE  A DONNÉES AU VICE PRÉSIDENT DE LA MÉTROPOLE GEORGES OUDJAOUDI LE JOUR DU FORUM DECHETS (18 NOVEMBRE).

 

Atelier Public pour la réduction des déchets  9/11/16

Comptes rendus et décisions:


A) Eviter de produire des déchets:

Information  /communications
-faire connaitre les repair cafés
- instaurer une meilleur liaison entre ressourceries, serine de réparation (D3E,Solidera) et vente d’occasion
Proposition retenue

Redevance incitative:
 Arguments pour: il eststatistiquement prouvé que là où elle est installée,  il en résulte une diminution des déchets
Argumenst contre : non pédagogiques, non social
Proposition non retenue

B) Mieux trier, éviter reproduire des déchets :

Collecte séparées des papiers -cartons  proposée comme pour le verre
Arguments pour: prêts à être recyclés
Arguments contre: ça brûle (mais peu)
Proposition retenue

Collecte des déchets compostables

- « en porte à porte »
Arguments pour: le compost sera de meilleure qualité
Arguments contre: ça coûte
Le compostage des fermentescibles sera obligatoire en 2015, il faut donc le prévoir dès maintenant par une collecte séparée massive.

- En apport volontaire
Mais en attendant, et en complément ( près des écoles, dans les zones plus rurales…)  le  compostage de quartier ou le compostage individuel doit être maintenu.  Dans l’habitat collectif, il faudrait des incitation financières pour les copropriétés ou pour les locataires HLM afin d’emporter plus facilement l’adhésion.
Propositions retenues.

Trier les déchéts des marchés
Installer des bennes spécifiques ( compostables-papiers-cartons-autres déchets)
Arguments pour: éviter que tout soit mélangé. Cela peut êre organisé dès maintenant.
Proposition retenue.

Autres propositions retenues:

Ne ramasser et traiter que les déchéts Métro ( contrairement à ce qui se fait aujourd’hui pour rentabiliser des incinérateurs surdimensionnés) Les transports s’en trouveront réduits.
Redonner une dimension locale à la problématique des déchets et à leur récupèreation: on peut voir maîtres des solutions plus innovantes.

Ramasser les sapins de Noël avec les encombrants : actuellement, ilfaut les porter à la dechèterie, et tout le monde n’a pas de voiture.
Pourrait on les couper en morceaux de 30 cm et les mettre dans la poubelle grise ?
La même question se pose pour les déchets végétaux d’un poids inférieur à 5kg.

la poubelle « je trie » crée par notre association pourrait être relancée. Nous l’avons proposée à la métro, nous n’avons pas eu de réponse.

 

La Présidente,
Monique Gondrand

 

Diaporama2 moclair dechets pptDiaporama2moclair1 dechets pptDiaporama2moclair dechets ppt

Lire la suite

EN SAVOIR PLUS SUR LE LINKY

DEBATS/LINKY

 

- Le positionnement d'enercoop sur le compteur Linky

http://www.enercoop.fr/actualites/positionnement-denercoop-sur-le-compteur-linky

-Le positionnement d' ERDF :

lire Le http://www.enedis.fr/linky-bientot-chez-vous

-

l'avis de Que Choisir

https://www.quechoisir.org/actualite-compteurs-linky-dangereux-ou-pas-n8423/

https://www.quechoisir.org/actualite-compteur-linky-peut-on-le-refuser-n10779/

http://www.batiactu.com/edito/compteur-linky-decrie-par-ufc-que-choisir-42989.php

________________________________________________________________________________________________

Le positionnement d'enercoop sur le compteur Linky

En date du 20 mai 2016.

D'ici 2021, 90 % des compteurs électriques français vont être remplacés par des compteurs communicants Linky. Ce projet est piloté par ERDF, le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité sur 95 % du territoire. Ces nouveaux compteurs ont officiellement pour objectifs annoncés d'améliorer la gestion des flux de consommation et de production sur le réseau de distribution, faciliter l'intégration des énergies renouvelables et favoriser les économies d'énergie grâce notamment au pilotage à distance et à la télé-relève.

Le déploiement des réseaux et compteurs communicants est essentiel pour que la transition énergétique vers un système 100 % renouvelable soit techniquement réalisable, notamment pour mieux mesurer voire contrôler la production d'énergie renouvelable et la consommation. Toutefois, le compteur communicant Linky est une occasion manquée pour apporter les services rendus aux consommateurs (l'affichage déporté n'est proposé gratuitement qu'aux clients en situation de précarité énergétique) et aux producteurs (les possibilités de télégestion de l’installation sont limitées).

L'installation de ces compteurs concerne tous les consommateurs, quel que soit leur fournisseur : les clients d'Enercoop sont donc logés à la même enseigne que les autres.

Linky est un compteur communicant et non un compteur intelligent au sens où les services qu'il peut proposer dans la version déployée sont relativement limités par rapport à l'état de l'art en la matière : Linky se limite à transmettre les informations au gestionnaire de réseau et à proposer quelques actions de pilotage à distance. Actuellement, plusieurs interrogations demeurent sur le déploiement de Linky en France.

 

Le bénéfice environnemental et énergétique


Le compteur devrait être bénéfique pour la mesure des injections et soutirages ainsi que la gestion du réseau électrique, la maîtrise des pointes de consommation, voire la baisse de la consommation d'électricité¹, à condition que ERDF et les acteurs de marché (fournisseurs d'énergie, opérateurs d'effacement) en donnent effectivement les moyens aux consommateurs.

Linky permettra à Enercoop de facturer systématiquement sur des consommations réelles, et non plus sur la base d'estimations. Par ailleurs, les consommateurs et les collectivités devraient pouvoir bénéficier des données de production et de consommation, ce qui est une base pour prendre conscience de sa consommation énergétique, en vue de la réduire et également mettre en place des politiques publiques locales cohérentes.

À lui seul, il est peu probable que le compteur Linky puisse réduire la consommation d'énergie même si l'ADEME estime jusqu'à 10 % les économies d'énergie possibles avec une bonne appropriation et utilisation par les ménages². Pour réduire effectivement les consommations d'énergie , il serait préférable de proposer un affichage déporté des consommations associé à un accompagnement des ménages : ainsi, le gain envisagé pourrait atteindre 15 % à 20 % sans investissements majeurs³.


Le coût du compteur


La pose ne sera pas facturée directement aux consommateurs : le coût du chantier, plus de 5 milliards d'euros, amorti sur 20 ans, sera financé par le tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité (TURPE) payé par les usagers du réseau⁴. ERDF annonce que les économies réalisées grâce au Linky vont couvrir ce financement mais de nombreux acteurs craignent que le déploiement de Linky n'engendre une hausse du TURPE...


La propriété et le refus du compteur


Le compteur appartient à la collectivité qui a généralement délégué la compétence de gestion des réseaux de distribution aux autorités organisatrices de la distribution d'énergie ou AODE (souvent des syndicats départementaux d'énergie), cependant, les compteurs font partie du domaine concédé par les AODE à ERDF.

En l'absence de réglementation claire et de jurisprudence sur les décisions de communes et de citoyens de refuser l'installation du compteur Linky, il apparaît risqué de refuser le compteur Linky⁵. Il n'y a pas de sanctions prévues, cependant, un juge pourrait établir des amendes et indemnités spécifiques pour ERDF comme pour les collectivités ou personnes refusant l'installation du Linky.

Sans admettre la possibilité de refuser le compteur, la Commission de régulation de l'énergie envisage toutefois d'établir des "prestations résiduelles de relève à pied" au moins tous les 6 mois pour les personnes refusant le changement de compteur⁶, frais qui avaient été établis, dans un projet local de déploiement de compteurs communicants de gaz à 19 € HT par relève tous les 6 mois.


L'accès et la sécurité des données


Le nouveau compteur communicant pourra enregistrer toutes les 30 minutes la consommation d'électricité et transmettre quotidiennement ces données à ERDF qui les utilisera ou les enverra aux acteurs concernés (collectivités, fournisseurs...).

Même si le volume de données produit et valorisable sera consistant, il ne sera pas suffisant pour connaître et analyser les usages des consommateurs. Le consommateur doit bien donner son accord sur la collecte et l'utilisation des données collectées par Linky, mais il faut par ailleurs que le gestionnaire du réseau donne des gages pour le respect de la vie privée et contre tout risque de piratage ou d'usage mal intentionné des données recueillies⁷.


Les risques sanitaires


Le débat sur les effets sur la santé de Linky, utilisant la technologie du courant porteur en ligne (CPL) est plus récent mais non moins virulent : s'il peut poser problème aux électro-sensibles qui peuvent le refuser⁸, le nouveau compteur n’augmentera a priori que de peu l'intensité des ondes électro-magnétiques du logement déjà submergé d'un brouillard électronique⁹. Bien que pouvant récolter des données de consommation que toutes les 30 minutes, le compteur n’émettra et ne transmettra ces données par CPL qu'une fois par jour pendant moins d'une minute. Un rapport de l'ANSES très attendu devrait clarifier cette question des ondes courant 2016.


Les risques d'incendies


Au Canada et dans d'autres pays où des compteurs communicants ont été installés, ce matériel aurait causé des incendies. Toutefois, les technologies étant différentes, il est difficile de rapporter cela au déploiement du Linky en France. Lors de la phase d'expérimentation de Linky sur l'agglomération lyonnaise et en Indre-et-Loire, sur environ 300 000 compteurs installés, il y a eu 8 cas d'incendies, causés non pas directement par le compteur Linky mais à un mauvais serrage mécanique des câbles d'arrivée électrique. Depuis, la nouvelle version du compteur déployé ainsi qu'un meilleur suivi de l'installation devrait limiter ce risque.¹⁰

En conclusion, en l'état actuel des connaissances et retours d'expériences, Enercoop comprend les craintes et respecte les choix de nombreux consommateurs et communes de refuser le compteur. Il en revient aux collectivités concédantes et au gestionnaire de réseau de distribution de faire preuve de pédagogie et de concertation sur le déploiement de Linky.

Pour le réseau de coopératives Enercoop, le compteur Linky est une occasion manquée pour accélérer la transition énergétique, notamment sur son volet de maîtrise de la demande en énergie. Au regard de la richesse des points de vues des coopératives et de leurs sociétaires, et Linky n'ayant pas encore eu l'occasion de faire ses preuves, Enercoop poursuit sa veille sur le déploiement de Linky, notamment sur les avantages annoncés et les risques dénoncés.

Compte tenu de son attachement aux valeurs coopératives, le réseau invite les sociétaires et les clients Enercoop à contribuer, au travers d'arguments factuels et sourcés, au débat et à l'évolution du positionnement du réseau Enercoop.


Ce texte reflète la position d'Enercoop en date du 20 mai 2016. Il peut évoluer en fonction des retours d'expériences sur le déploiement du compteur communicant Linky et des débats entre les coopératives et leurs membres.


Dans l'attente de la création d'un espace collaboratif adéquat, pour débattre, commenter ou proposer d'amender la note, vous pouvez vous inscrire à la liste de discussion debat-linky@listes.enercoop.org. Pour cela, envoyez un courriel à sympa@listes.enercoop.org en écrivant dans l'objet du courriel « SUB debat-linky ».

 


 

¹Avis de l'ADEME sur le compteur Linky, juillet 2015

² Ibid, ADEME, juillet 2015

³ Étude d'Enercoop basée sur les retours d’expériences suite à la formation et à l'usage de l'outil d'autodiagnostic Docteur Watt

Ce qu'il faut savoir sur le compteur Linky – site internet de la Commission de régulation de l'énergie

Note d’analyse juridique relative au déploiement des compteurs communicants Linky sous l’anglede l’étendue des droits, obligations et responsabilités impartis aux AODE, Ravetto Associés, pour la FNCCR, février 2016

Délibération portant décision sur la tarification des prestations annexes réalisées à titre exclusif par les gestionnaires de réseaux de distribution d’électricité, Commission de régulation de l'énergie, 3 mars 2016

Position sur le stockage des données par Linky, CNIL, 30 novembre 2015

Linky : ERDF s’engage pour des mesures indépendantes, CRIIREM, 17 mars 2016

Compteurs Linky, Dangereux ou pas ? UFC Que Choisir, 13 janvier 2016

¹⁰ Ibid, UFC Que Choisir, 13 janvier 2016

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

http://www.batiactu.com/edito/compteur-linky-decrie-par-ufc-que-choisir-42989.php

  •  
    LINKY :
 
Un UN chargé de mission énergie-environnement de l'UFC-Que Choisir émet des doutes sur l'intérêt économique présenté par le nouveau compteur électrique intelligent Linky, en cours de déploiement par ERDF, pour les consommateurs. Pourquoi ? Eléments de réponse.
Le déploiement du compteur connecté Linky a débuté ce 1er décembre. La machine communicante est sensée permettre aux consommateurs de mieux connaître leur consommation et donc, in fine de réduire leur facture. D'autant que les factures seront dorénavant établies sur la réalité des quantités consommées plutôt que sur une estimation nécessitant des ajustements ultérieurs. Le gestionnaire du réseau, ERDF, qui gère les compteurs, estime pour sa part que des économies seront réalisées grâce au relevé à distance (1,7 Mrds €) et surtout grâce à une réduction des possibilités de fraude (1,9 Mrds €). La détection des pannes sera également plus rapide, entraînant une amélioration de la qualité du service.

 

Interrogé par le quotidien 20 minutes, Nicolas Mouchnino, chargé de mission à l'UFC-Que Choisir, émet des réserves sur l'intérêt du boîtier électrique pour les clients. Il explique : "Ils pourront suivre leur consommation journalière uniquement sur Internet, et celle-ci sera présentée en kilowattheures. Ce qui est loin d'être parlant pour les consommateurs, qui auraient préféré qu'on leur fournisse des données en euros". Le spécialiste poursuit : "Ils ne bénéficieront pas d'informations sur leur consommation en temps réel et sur ce que consomme chaque équipement de la maison, ce qui aurait pu leur permettre de baisser le chauffage ou d'éteindre des machines, le cas échéant". L'information transmise par Linky serait donc incomplète et peu pertinente.
LINKY

 

UUn budget sous-estimé par ERDF ?

 

Outre cet aspect, le chargé de mission à l'UFC-Que Choisir, estime que le coût d'équipement des 35 millions d'automates à remplacer a - peut-être - été sous-estimé par ERDF, qui prévoit que les 5 milliards d'euros seront financés grâce aux économies réalisées en télémesure et à la diminution des fraudes. Dans les colonnes de 20 minutes, il précise : "Nous serons vigilants sur ce point, car si c'est le cas, il est fort à craindre que le surcoût soit répercuté sur la facture des consommateurs".

 

D'autres associations s'étaient inquiétées des effets sanitaires potentiels du compteur communicant, notamment pour les électrosensibles. ERDF avait répondu qu'il "ne présente aucune menace pour la santé (…) respecte toutes les normes sanitaires françaises et européennes, très restrictives". De plus, Linky "n'émet aucune onde radio (…) et utilise une technologie connue depuis les années 1950, appelée CPL, qui permet d'envoyer des informations dans les câbles du réseau électrique classique et existant". La fréquence de ces envois de paquets de données ne serait que de quelques secondes par jour, et non en continu, comme le craignent les personnes sensibles.

 

 

 

Lire la suite

Vie de l'association

Renouvellement du Bureau en 2017 :

Monique GONDRAND                Gérard GAMOND            Marie Odile NOVELLI   

Claude TRANCHANT          Noëlle Pesenti

Présidente : Monique Gondrand, tresorière Claude Tranchant, secrétaire Gérard Gamond

 

---------------------------------------

Renouvellement et élection du Conseil d’Administration le 4 Avril 2016

Monique GONDRAND                Gérard GAMOND            Marie Odile NOVELLI   

Claude TRANCHANT           Vincent PLAUCHU                    Bernard ZAMORA

  Suivant nos statuts, le 15 Avril, le Bureau est composé de Monique GONDRAND, Bernard ZAMORA, Gérard GAMOND,  Marie Odile NOVELLI et Claude TRANCHANT.

Présidente : Monique Gondrand, tresorière Claude Tranchant, secrétaire Gérard Gamond

_________________________________________________________
 

 

Lire la suite