Granddebat.fr : l'association a partagé des idees sur l'environnement et la citoyenneté

Rencontre du 5 Mars 2019 : Propositions partagées de l'association Ecologie et citoyenneté

 

A l'initiative de Gérard

Démocratie et citoyenneté

1 Laisser la loi 1905 intacte pour ne pas mélanger la science et la foi à une époque où la rotondité de la terre ou l'évolution des espèces sont contestées

2 Notre population devient insupportable pour la planète, nous avons colonisé presque tous les espaces, ce qui détruit la biodiversité pourtant si nécessaire. En conséquence, pour réguler notre population, modifier les règles des allocations familiales (sans effet rétroactif) en octroyant une allocation dès le premier enfant mais avec une allocation dégressive dès le troisième enfant. Ne rien donner au premier enfant est trés injuste. Faire des allocations le revenu principal des familles trés nombreuses est contre productif.

3 Interdire l'usage dans quelques communes de France des "urnes électroniques " dont les résultats ne sont pas contrôlables et dont l'usage est complexe (obligation d'intervention de techniciens )

4 Plus de sévérité et de fermeté vis à vis des personnes qui se croient au dessus des forces de l'ordre,de la justice, et des média (proposition qui fait suite aux émeutes du quartier Mistral avec incendies, barrage de rue, feux d'artifice, projection d'objets lourds). La répression est nécessaire mais pour agir sur le long terme, il faut aussi travailler sur le volet éducatif (cours d'instruction civique tout au long de la scolarité).

5 Légalisation de la drogue douce pour désamorcer à la source une grande partie de la violence actuelle.

Transition écologique

1 Pour réduire notre propension à jeter et réhabiliter la réparation, instaurer un taux zéro de TVA pour les pièces de rechange et réduire les charges salariales de cette main d'oeuvre. On pourra de cette façon favoriser le réemploi en réduisant notre consommation néfaste à notre planète.

2 Pas de développement de constructions d'infrastructures routières nouvelles, l'avenir n'étant plus dans la multiplication des voitures. Utiliser ce budget pour les solutions alternatives à la voiture.

3 Pour prendre en compte la véritabe incidence de l'environnement sur la santé, octroyer un budget plus important à l'épidémiologie, parent pauvre de la santé, en musclant par exemple le nombre des registres du cancer afin de pouvoir lutter contre la source de nos maladies. Prendre s'il le faut sur le budget de la détection précosse des maladies. On améliorerait pour le long terme nos frais de santé.

4 Arrêter la construction de super grandes surfaces et revenir au commerce de proximité. les grandes surfaces attirent les voitures en les rendant indispensables et en augmentant encore les distances à parcourir.

5 Arrêter complètement le projet ITER qui n'en finit pas d'annoncer des résultats microscopiques à l'horizon de plusieurs dizaines d'années (horizon qui s'éloigne toujours). Pourquoi ne pas transférer ces fonds pour trouver et mettre en oeuvre des solutions au démantellement des centrales nucléaires ?

6 Aller résolument vers l'agriculture bio et locale qui est la seule façon reconnue par la FAO d'avoir une agriculture durable sur la planète, c'est à dire qui pourra nous nourrir.

7 Interdire la pêche électrique et la pêche au DCP (Dispositif Concentateur de Poissons) qui dégrade la reproduction dans les océans en pêchant des espèces juvéniles . On ne pêche plus, on cueille le poisson, le dispositif lui même n'est pas récupéré et dérive sur les plages...Stopper les subventions de l'Europe pour ces types de pêche.

8 Retrouver progressivement notre autonomie alimentaire comme nous l'avions il y a 50 ans. Il faudra bien expliquer pourquoi un yaourth doit parcourir 9 000 km pour arriver dans notre assiette!

9 Revenir aux consignes en verre aussi simplement qu'elles existaient il y a 50 ans.
10 Favoriser les boissons sous forme d'extrait comme l'antésite pour éviter les transports lourds

A l'initiative de Gine:

Transition écologique

Changement climatique et urbanisme :

Le changement climatique est un problème crucial, c'est le défi le plus urgent de l'humanité de par ses conséquences extrêmes.

Comment les habitants des villes pourront-ils survivre à des températures de plus 5 ° (estimation probable pour 2040/50). Les problèmes de l'eau (approvisionnement) peuvent devenir catastrophiques...

Qu'en est-il de cette prise de conscience essentielle pour l'avenir des jeunes générations... ?

Idées et pistes à développer :

  • _  Revoir les règlements d'urbanisme et reconsidérer le développement (toujours plus) des villes au profit du repeuplement des villes moyennes et des bourgs du milieu rural délaissé.

  • _  Densifier et verdir à maxima les villes avec de grands arbres en conservant 5 % à minima de pleine terre à proximité directe des constructions.

  • _  Créer des espaces publics de rétention d'eau.

  • _  Rendre les parkings poreux pour l' infiltration d'eau de pluie.

  • _  Remettre l'eau en surface ( fosse, ruisseaux,canaux).

  • _  Modifier les formes urbaines disposer les bâtiments pour freiner et circulez l'air entre eux

  • _  Généraliser les constructions à énergie positive (exit la clim!

  • _  Installer brumisateurs et jets d'eau

    A l'initiative de Noelle :

    1- Maîtrise de la démographie. Sujet à la source de tous les problèmes environnementaux (et autres) que nous connaissons. Propositions culture et valeurs sociétales à promouvoir et partager. Reconsidération des allocations familiales (versement pour le 1er enfant et le 2ème de façon dégressive).

    2- Pollution de l'air. Mise en oeuvre d'actions concrètes dans les sites urbains : dé-densification, mesures de contrôle / véhicules et verbalisation, interdiction et verbalisation / chauffage au bois non conformes, verbalisation des véhicules à l'arrêt avec moteur en marche (po chauffage ou clim), maîtrise des transits quotidiens en zones urbaine.s

    A l'initiative de Yves:

    Transition écologique :

    Permettre à tous les citoyens de se déplacer en polluant moins : investir massivement dans les transports en commun du quotidien, maintenir les « petites lignes » et les trains de nuit, encourager les déplacements en vélo en créant davantage de pistes cyclables et en rendant obligatoire l’indemnisation des déplacements domicile-travail en vélo; encourager la mobilité partagée en généralisant les plans de mobilité des entreprises pour aider les salariés à mutualiser leurs déplacements.

    Diminuer au maximum les déplacements subis, ceux que les personnes ne font pas par choix mais par obligation. Cela veut dire redynamiser les centres villes, privilégier la rénovation plutôt que l’étalement urbain, arrêter de créer des centres commerciaux en périphérie et encourager plutôt le commerce de proximité.

Une fiscalité carbone plus juste : la taxe carbone est indispensable pour inciter progressivement à moins polluer. Elle doit être rétablie, mais de manière plus juste. Aujourd'hui certains secteurs pourtant très polluants sont exemptés. Les ménages sont 3 à 6 fois plus taxés sur le carbone que les grands pollueurs. Il faut donc appliquer avec équité le principe pollueur-payeur, en supprimant les cadeaux fiscaux accordés aux modes de transports les plus pollueurs, notamment le transport de marchandise par la route et le secteur aérien et le transport maritime.

Démocratie et citoyenneté

Faire davantage participer les citoyens à la prise de décision, en particulier concernant les projets locaux qui affectent directement leur environnement : leur permettre de se prononcer sur l’opportunité d’un projet, permettre des contre-expertises indépendantes pour les gros projets, ne pas faire d’internet le seul moyen de communication, renforcer les enquêtes publiques, organiser des débats publics de manière indépendante, respecter l’expression des habitants et y répondre...

A l'initiative de Hélène:

1 Les automobilistes doivent arrêter leur moteur à l'arrêt (trés trés fréquent). faire campagnes publicitaires à la télévision et autres media pour faire comprendre.

2 Faire respecter la vitesse des automobilistes limitée à 30 à l'heure en ville et avec une conduite en douceur.

3 Interdire les sacs plastiques non réutilisables dans les commerces ce qui incitera fortement les consommateurs à venir avec leur emballages réutilisables ( boites, sacs, etc.)

A l'initiative de Marie Odile:

D'ABORD PRENDRE VRAIMENT CONSCIENCE DE LA SITUATION DANS SA COMPLEXITÉ : outre le bouleversement climatique, ll y a la déplétion de l'ozone stratosphérique, l'acidification des océans, la perturbation du cycle Phosphore/Azote, la diminution de la biodiversité, les pollutions chimiques, les déchets nucleaires abandonnés aux generations futures, la démographie croissante trop élevée pour la planète, les consommations croissantes d'eau et de terres qui donc se rarefient... UN COCKTAIL CROISSANT DE FACON EXPONENTIELLE, IMPREVISIBLE ET INOUIE. ENSUITE, EDUQUER; METTRE EN RESEAUX et en lumière toutes les MICRO ENTREPRISES DE RESILIENCE QUI EXISTENT DEJA aujourd'hui . ENFIN, INVESTIR MASSIVEMENT POUR L'AVENIR. CECI N'EST PAS DE LA MAUVAISE DETTE, C'EST DU BON INVESTISSEMENT. Et sans (bon) investissement d'avenir il n'y a tout simplement pas d'avenir. [En raisonnant comme aujourd'hui, la reconstruction de l'après guerre n'aurait pas pu avoir lieu !]. L'investissement pour l'avenir ne doit pas être comptabilisé en deficit.

[Sur ce sujet voir une excellente video des Sabine Barles Université Paris 1 : https://www.youtube.com/watch?v=7vkd2KZT21k]-

LES ACTIONS POSSIBLES :

-FAIRE PAYER LES VERITABLES COUTS des pollutions de manière équitable; et parallèlement, AUGMENTER LE CHÈQUE ENERGIE ET "chèque vert " (à créer pour la transition écologique) , faire contribuer équitablement grandes entreprise, GAFA, aéronautique ( vols internes pour commencer), compensation carbone efficace obligatoire, etc....,

-Mettre en place une transition agricole en France , et en Europe (cadre de la future PAC) qui ne subventionne plus l' agrochimie, et aide à l'inverse le passage à l'agriculture bio, ainsi que les petites exploitation diversifiées soucieuses de la qualité alimentaire notamment l'agriculture de montagne, qui joue une rôle social et environnemental et sont aujourd'hui penalisées.

- ACCROITRE la sequestration carbone et les énergies renouvelables et REDUIRE LES EMISSIONS DE GES (gaz à effet de serre) et particules fines .

Dans les secteurs des transports et de circulation de l'information :

-faire payer une vignette "carbone" aux poids lourds qui transitent en France, mettre en place Systèmes co- voiturage et transports en commun et modes doux (velo, marche), et inciter à la creation de voies

reservées aux bus et aux co-voirage, amelioration des lignes de TER dans les secteurs sensibles ( notamment les Alpes), donner enfin les moyens de coordonner et articuler les politiques de transport public à une autorité organisatrice maitre du jeu [ les régions en principe.]

Urbanisme: -

rapprocher les services des lieux de vie et habitation pour favoriser les déplacements à pied en limitant également l’autorisation gratuite de stationner , exemples : écoles, multi-accueil petite enfance....Dans les territoires ruraux, mettre en place un multi-accueil services publics ambulant.

- Prevoir des procedures simplifiées pour lutter contre les ilots de chaleurs ( vegetation, draps, "casquettes" en haut des facades des immeubles exposée plein Sud /Ouest)

- Dans les plan d’urbnaismes PLU(i) augmenter le coefficient de pleine terre , de végétation et de circulation de l’air ( formes urbaines)

-REDUIRE L’EMPREINTE CARBONE CROISSANTE des DATA par une politique publique inexistante aujourd’hui

Concernant le bâtiment et tertiaire :

-renforcer les aides à la suppression des modes de chauffage polluants et FAIRE CONSTATER LES INFRACTIONS (brulage du bois à l'air libre, en cheminées, en poeles non homologués etc).

Sur le plan agricole et de la nature :

-avoir des objectifs d’auto suffisance alimentaire, de lutte contre l’épuisement des sols, de renaturation des villes (savante car il faut varier les especes adaptées au rechauffement), renforcement des forets...

-en milieu urbain: mettre en place dans les PLU(i) des schemas de jardins partagés ou familiaux

Avoir des objectifs de reduction de la demande, et de réduction du gaspillage ( recycler, reparer, eviter les emballages) , accelerer la mise ne place des biodechets et la production performante de bio gaz destiné à remplacer le gaz...

A l'initiative de Monique:

Transition écologique

A Diminuer les émissions de GES dues aux transports

Le secteur transports représente une part croissante de consommation d’énergie en France (32% en 2012 contre 17% de consommation en 1970 ) . Ce secteur absorbe 70 % de la consommation de produits pétroliers et est responsable de 36% du CO2.

1ere proposition : Taxer le kérosène utilisé pour les lignes intérieures

UN trajet avion d’une ligne intérieure pollue 40 fois plus que le même trajet en TGV. Il faut donc privilégier les déplacements en train. Le coût du billet avion est anormalement bas.

D’après l’ADEME, les aéroports intérieurs respecteraient les objectifs de réduction de GES rapportés aux nombres de passagers ou marchandises transportés ( si ça augmente, on peut polluer plus !) C’est pourquoi IL FAUT une réduction absolue des émissions de GES

Donc il faut taxer le kérosène utilisé pour les lignes intérieures pour que le prix du billet avion soit supérieur à celui du même trajet en train. Il faudrait que cette mesure soit étendue aux lignes intérieures européennes

2eme proposition : Privilégier les circuits courts pour les marchandises transportées par avion ou par bateau. Le fioul lourd utilisé par les navires n’est pas taxé et est très polluant

La distance moyenne parcourue par un produit alimentaire dépasse la plupart du temps 2000 km. En France, un circuit de proximité est fixé à 150 km. Arrêtons la consommation des fruits et légumes hors saison ou cultivable en France.

Donc, il faut aussi taxer le fioul lourd sinon taxer les produits cultivables en France

B L’Etat doit investir ou emprunter pour faire des économies d’énergies
pour diminuer les déperditions d’énergies des logements et éviter la généralisation de la climatisation

A l'initiative de Anne Line:

Transition écologique

1 : Que les arguments des lobbies intervenant auprès des élus locaux ou nationaux soient obligatoirement présentés dans le cadre de débats ouverts et contradictoires entre toutes les parties concernées, et documentés par des personnalités compétentes et indépendantes. Ex : dans les domaines de la santé, de l’agriculture, de l’énergie, et autre sujets environnementaux : la chasse, les zones naturelles à protéger, l’urbanisme etc...

2 : Que les lois existantes soient mieux appliquées au lieu de rajouter des lois à chaque nouvelle situation à problème. Concernant par exemple : la gestion des déchets, l’émission de gaz toxiques, la sécurité alimentaire. Ainsi que (sur le plan citoyenneté) le respect du code de la route ou des propos racistes, et autres anti-arabes, etc...

3 : Que soient rétablies les taxes carbone concernant les transports aériens, les autoroutes, les poids lourds. Intérêt : pour favoriser les transports de fret par des moyens moins polluants : le rail, les voies navigables...

4 : Que les taxes sur les carburants soient effectivement utilisées pour la transition énergétique.

5 : Que par des débats participatifs les habitants soient incités à choisir les modes de transports non individuels qui conviennent le mieux à leur lieu de résidence.

Démocratie et citoyenneté :

1 : Que des cours d’économie soient assurés dès la classe de 3è des collèges, dans les cours d’histoire, ou d’éducation civique, afin que les futurs citoyens aient quelques notions correctes des contraintes concernant le budget de l’Etat (équilibre entre dépenses et charges).

Que ces cours comportent aussi une formation à la citoyenneté et au vivre ensemble

2 : Que les citoyens puissent participer davantage aux décisions dans la vie locale : présentation des enjeux par des personnes compétentes, débats participatifs aux projets, avec éventuellement une enquête publique locale, (voire un Référendum local, actuellement illégal) puis un vote du Conseil municipal en fonction des orientations induites par l’enquête et/ou ce référendum local (= communautés de communes).

Je ne suis pas favorable aux votes proportionnels qui favorisent les « apparatchiks » têtes de listes. Mais d’accord pour des représentants tirés au sort avec formation sur les sujets en jeux.

3 : moins de centralisation : Que des lois-cadres donnent des directives générales en laissant aux corps intermédiaires la responsabilité de leurs applications selon les conditions locales ou professionnelles (élus locaux, syndicats, associations...).

4 : Que des services publics de proximité soient organisés pour pallier aux déserts ruraux, selon des modalités variées. Ex : locaux multiservices, services intercommunaux ambulants, centres de santés, aide informatique etc...

5 : Que par la démocratie participative les habitants de zones périurbaines puissent organiser des modes de transport variés et complémentaires, et réduire les transports individuels.

Point de désaccord
Deux points de vue se sont opposés au sujet des aides sociales à la transition écologique. 1er point de vue : La transition écologique doit s’accompagner d’aides sociales spécifiques

2ème point de vue : La multiplicité des aides sociales génère déséquilibres, iniquité et incohérences. Avec la transition écologique, pour ne pas générer davantage d’opacité, il est proposé une approche globalisante des aides en termes de qualité de vie.

La transition écologique impactera de plus en plus nos vies. Les aides à la transition écologique devront favoriser l’évolution vers des choix plus vertueux et non pas figer des situations délétères en palliant – comme on l’a entendu - des coûts et taxes énergétiques croissants. A ce titre, le chèque carburant ou l’aide au chauffage ne sont pas des vecteurs de la transition écologique.

La transition écologique concerne tout un chacun et s’applique à des choix de vie multiples. Il importe de responsabiliser et de favoriser une adaptabilité des comportements.

×